L'Hôtel Lutetia fait peau neuve, tout doit disparaître !

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/02/2014 à 15H19
Intérieur de l'hôtel Le Lutetia à Paris

Intérieur de l'hôtel Le Lutetia à Paris

© PATRICK KOVARIK / AFP

Le Lutetia, mythique hôtel parisien qui va fermer ses portes en avril pour travaux, vendra aux enchères en mai 3.000 pièces de mobilier, une partie de sa cave et une centaine d'oeuvres d'art. Fin d'une époque.

C'est un hôtel mythique : premier hôtel art déco de Paris, créé en 1910, le nom du Lutetia est d'abord associé à la vie culturelle et artistique parisienne, lieu de rendez-vous des peintres et écrivains : Picasso, Matisse, et Joséphine Baker ou André Gide qui y vécurent à l’année. Aujourd'hui, sa décoration rend hommage aux œuvres d'artistes contemporains de renom, tels qu'Arman, César, Philippe Hiquily, Perrin ou Thierry Bisch. 

Un hôtel historique

Le Lutetia appartient aussi à l'histoire sombre de la capitale, quartier général du service de renseignement et de contre-espionnage de l'état-major allemand, sous l'occupation. À la Libération, il devient un centre d'accueil des déportés de retour des camps de concentration nazis.

Vente de toiles et de vins prestigieux

Après le Crillon et le Plaza Athénée, Le Lutetia, seul grand hôtel de la rive gauche, fermera le 14 avril pour trois ans de travaux. Sa rénovation a été confiée à l'architecte Jean-Michel Wilmotte. La vente aux  enchères, qui sera réalisée par la maison de ventes "Pierre Bergé et associés", aura lieu du 19 au 25 mai, dans les salons et les bars de l'hôtel.

Elle réunira quelque 3.000 pièces de mobilier, une centaine d'oeuvres  d'art, parmi lesquelles des oeuvres d'Arman, de Philippe Hiquily, de César ou encore de Takis, réalisées "in situ". Environ 8.000 bouteilles de vin et spiritueux passeront également sous le marteau. En avril, la vente aux enchères du Crillon, qui fermait également pour travaux, a connu un grand succès, rapportant 5,7 millions d'euros, bien au-delà des prévisions.