Décès de Pierre Bergé : Line Renaud salue son "frère d'armes" contre le sida

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/09/2017 à 13H18, publié le 08/09/2017 à 12H31
Line Renaud et Pierre Bergé (22 octobre 2014)

Line Renaud et Pierre Bergé (22 octobre 2014)

© Bertrand Guay / AFP

Line Renaud a salué son "frère d'armes dans la lutte contre le sida", après l'annonce de la mort de Pierre Bergé, tandis que Jack Lang rendait hommage " un grand seigneur, un authentique prince des arts et de la culture".

"Le combat pour la vie nous a réunis. Pierre était mon frère d'armes dans la lutte contre le sida. C'est une rencontre qui a changé le cours de ma vie. Combien de fois ai-je été impressionnée par ses connaissances, sa culture, ses réflexions si percutantes, son raffinement", a déclaré Line Renaud, vice-présidente de l'association Sidaction qu'il avait cofondée.
 
"Pierre était un homme vif, instinctif, toujours à l'affût de l'air du temps. Il y a 32 ans, l'un et l'autre, chacun de notre côté, nous nous sommes investis dans la lutte contre le sida avant d'unir nos forces en 1994. Nous avons créé Sidaction et nous ne nous sommes jamais lâché la main depuis", a-t-elle ajouté. "Faire la route sans Pierre est terriblement douloureux mais le plus bel hommage que l'on puisse lui rendre aujourd'hui, c'est de poursuivre notre combat contre le Sida." 

Jack Lang : "Pierre Bergé était un grand seigneur"

Jack Lang a estimé dans un communiqué, que "Pierre Bergé était un grand seigneur, un authentique prince des arts et de la culture. Lettré exemplaire et mélomane intransigeant, il était un magicien faisant de sa vie et de celles et de ceux qu'il aimait une symphonie du bonheur. Il inventait l'impossible et à l'instar de Jean Cocteau, il savait que ce qui ne s'évanouit pas, ce sont les rêves.
 
"Fabuleux mécène, philanthrope, esthète insatiable, génial entrepreneur, homme de culture et de toutes les passions, Pierre Bergé était tout cela à la fois, mais plus encore, il incarnait un humaniste qui plaçait la destinée des hommes au-dessus de toutes les autres valeurs", a ajouté l'ex-ministre de la Culture

Françoise Nissen : "Un homme totalement engagé pour la culture"

Pierre Bergé était "un homme totalement engagé pour la culture et au service de tous les arts", a réagi la ministre de la culture Françoise Nyssen, vendredi à Rennes, exprimant son "émotion" à la nouvelle de son décès.

Louis Dreyfus : "C'était un homme libre"

Pour Louis Dreyfus, président du directoire du Monde, Pierre Bergé, "c'était d'abord un homme libre, un homme avec une immense culture, un entrepreneur brillant, et puis un lecteur très assidu et très exigeant. C'était toujours très stimulant d'avoir des discussions avec lui. Cette exigence qu'il pouvait avoir comme lecteur n'était pas contradictoire avec l'attention qu'il portait à préserver l'indépendance du groupe et des rédactions, avec des chartes d'éthique et beaucoup de dispositifs mis en place pour la garantir".
 
"Il avait été à l'initiative du sauvetage et de la recapitalisation du Monde. Il était aussi à l'intitiative de l'évolution de la gouvernance avec un poids fort et des droits très particuliers donnés au pôle d'indépendance. C'est celui qui avait financé la création de Courrier international, bien avant son entrée dans le groupe Le Monde", a-t-il rappelé.

Pierre Girard : "Pierre Bergé a changé ma vie"

"Avec lui disparaît un pan de l'histoire des dernières décennies, un homme engagé et un ami cher", ont regretté Matthieu Pigasse et Xavier Niel, coactionnaires du Monde avec Pierre Bergé. "Pierre était un entrepreneur brillant, un lecteur exigeant mais aussi et surtout un homme de culture et de conviction. Son regard sans concession mais aussi sa confiance dans l'avenir alimentaient chacune de leurs conversations avec lui", ajoutent-ils dans un communiqué, où ils assurent qu'ils "sont et seront engagés aux côtés des équipes du Groupe le Monde et de l'Obs pour défendre l'indépendance de chacun des titres, comme le souhaitait Pierre".  
           
"Rencontré à 19 ans  à Tokyo, Pierre Bergé aura changé ma vie comme celle de beaucoup de gens. Je le remercie, me souviens avec émotion de ses audaces, de ses passions et de ses contrastes", a déclaré Christophe Girard, maire du 4e arrondissement de Paris, dans un communiqué

Emmanuel Macron : "Un passeur sans égal"

"Pierre Bergé fut cet homme occupé de faire naître partout où cela était possible la beauté et l'excellence. Ami des artistes, il était celui qui dans l'ombre leur apportait la confiance et la solidité dont ils ont tant besoin pour créer (...). Il fut pour nombre d'entre nous un passeur sans égal. Un homme d'action si soucieux du monde, si ardent à le comprendre et à le rendre plus beau, ne pouvait être qu'un militant. Il le fut en particulier pour la cause homosexuelle, dont il soutint inlassablement le progrès des droits, notamment lors du vote du mariage pour tous. Il mobilisa également toute son énergie dans la lutte contre le sida, à la fois pour sensibiliser l'opinion publique et financer la recherche - il fut à l'origine du Sidactions et le soutien constant d'Act Up (...). C'est toute une partie de notre mémoire littéraire et artistique qui disparaît avec Pierre Bergé."