Changement de direction à la Gaîté Lyrique pour diversifier le public

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/07/2016 à 11H26
La Gaîté Lyrique au moment de son ouverture en 2011 comme lieu dédié aux arts numériques

La Gaîté Lyrique au moment de son ouverture en 2011 comme lieu dédié aux arts numériques

© Isabelle Simon / SIPA

La Gaîté Lyrique va changer de direction afin que cet établissement parisien consacré aux musiques actuelles et aux arts numériques s'ouvre à un public plus diversifié, sans abandonner l'exigence artistique, a décidé lundi la Ville de Paris.

Le Conseil de Paris a voté lundi l'attribution d'une délégation de service public de l'établissement au groupement de la société ARTER, concepteur et producteur de projets artistiques, et de la Société des Arts technologiques de Montréal. La direction artistique sera assurée par Marc Dondey, actuellement directeur de projet Entreprises créatives à la direction du développement économique de la Communauté Urbaine de Strasbourg. Cette délégation entre en vigueur pour six ans à partir du 31 juillet. 

260.000 visiteurs par an

L'établissement, qui occupe un bâtiment du XIXe siècle au coeur de Paris, avait été un temple de l'opérette avant de se reconvertir en espace de création. Il était présidé depuis 2011 par Steven Hearn (Agence Le troisième pôle) et dirigé par Jérôme Delormas et recevait quelque 260.000 visiteurs par an en moyenne, en progression, selon la Gaîté lyrique, depuis 2012. 1 300 000 personnes ont été accueillies en cinq ans.

Garder le public branché et en gagner d'autres

"Nous avons souhaité que le projet passe à une deuxième étape, avec une plus grande diversité des publics", a indiqué Bruno Julliard, premier adjoint chargé de la culture à la mairie de Paris. Il faut "garder le public jeune, branché, hipster" qui fréquente actuellement la Gaîté "et s'appuyer sur ces réussites pour aller vers d'autres publics", a-t-il ajouté en saluant le travail accompli par l'ancienne direction (Jérôme Delormas n'était pas candidat à sa succession).  

Le nouveau projet s'adresse à un public plus large et plus divers, en âge ou origine sociale, entend organiser des partenariats avec d'autres établissements culturels et à l'international. La Ville subventionne le lieu avec 4,4 millions d'euros par an.