Chamoux, Aznavour, Cottin, Boujenah, Sy : leurs voeux pour 2017

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 02/01/2017 à 11H23, publié le 02/01/2017 à 10H47
Une mosaïque de voeux pour 2017

Une mosaïque de voeux pour 2017

© France 3 / Culturebox

Adieu 2016, bonjour 2017. Culturebox a recueilli les vœux de ceux qui, chanteurs, acteurs, humoristes nous offrent tout au long de l'année une page de divertissement et d'enchantement dans une actualité souvent sombre. De Camille Chamoux à Anthony Kavannagh, d'Omar Sy à Charles Aznavour voici les voeux d'artistes pour 2017.

Autant d'artistes autant de voeux, autant d'espoirs pour cette année 2017. "La fin de la morosité, la rigolade et que l'année soit légère". Camille Chamoux, à l'affiche de deux comédies  "Mes trésors" et de "Faut pas lui dire" donne le ton. Plus laconique mais tout aussi positif Omar Sy souhaite une bonne année tout simplement.

Inès de la Fressange veut qu'on en finisse avec le pessimisme :

Je souhaite aux Français de faire la liste des choses qui vont bien dans leur vie plutôt que de faire la liste des choses qui vont mal".

Elsa Zylberstein souhaite aux Français d'être heureux et de "sortir la tête de l'eau" quand Charles Berling souhaite voir "avancer véritablement la parité hommes/femmes".

Marina Fois (Papa ou maman 2) poursuit dans le même registre sociétal avec "plus de mixité, de l'audace et qu'on se fasse pas ch..." (sic)

Une année de réunion pour Pascal Elbé. "Plus de douceur dans les relations entre les humains. Moins de violence" pour François-Xavier Demaison.

Camille Cottin et Gustave Kerven ne désespèrent pas :

Un autre monde est possible


Reportage France 3 : S. Gorny / V. Lucas / E. Defever / D. Gavat
Charles Aznavour qui, à 92 est parti pour une nouvelle tournée marathon émet le souhait personnel et collectif de "vivre le plus longtemps possible et en bonne santé".

Voeu plus personnel aussi pour Sara Forestier à l'affiche de "Primaire" : J'aimerais rencontrer l'homme de ma vie et faire des enfants".

Le mot de la fin pour Michel Boujenah dont le film "Le coeur en braille" est chargé d'émotion et d'ondes positives :

Surtout qu'on continue à rigoler car si on ne rigole pas... on est morts