Visitez la villa "tatouée" par Jean Cocteau

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/01/2012 à 13H43
Mosaïque de Jean Cocteau sur le seuil de la villa

Mosaïque de Jean Cocteau sur le seuil de la villa

© tous droits réservés

Surplombant la mer à Saint-Jean-Cap-Ferrat, la villa Santo Sospir abrite "l'âme" de Jean Cocteau. Le poète y vécut 11 ans à la fin de sa vie et il "tatoua" tous les murs de la maison de dessins évoquant des thèmes mythologiques grecs ou des symboles méditerranéens. Pour éviter de payer des droits de succession faramineux, la propriétaire de la maison, héritière de la riche famille Weisweiller, souhaite faire don de la villa au Conservatoire du littoral. Depuis peu, la maison est ouverte aux visites sur réservation. Elle est inscrite depuis 1995 à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Lors du tournage des « Enfants terribles », en 1949, Jean Cocteau fait la connaissance de Francine Weisweiller, héritière d’une richissime famille d’industriels et de mécènes. Un véritable « coup de foudre » amical se produit entre eux. Francine invite l’artiste à passer quelques jours dans sa maison de Saint-Jean-Cap-Ferrat, la villa Santo Sospir, qu’elle a acquise en 1946. Finalement, Cocteau y restera 11 ans, de 1950 à la fin 1961.

La "chambre des Boucs" où Cocteau a dormi de 1950 à 1961

La "chambre des Boucs" où Cocteau a dormi de 1950 à 1961

© tous droits réservés

Quelques jours après son arrivée, Cocteau demande à Francine s'il peut dessiner au fusain la tête d'Apollon au-dessus de la cheminée du salon. Peu à peu, il dessine des fresques sur tous les murs de la maison, inspiré sans doute par ce que Matisse lui avait dit : "Quand on décore un mur, on décore les autres." Cocteau écrira lui-même : "Il ne fallait pas habiller les murs, il fallait dessiner sur leur peau [...] Santo Sospir est une villa tatouée."

Après avoir terminé les murs, l'artiste s'attaque aux plafonds et compose ensuite deux mosaïques pour le patio d'entrée. Enfin, pour orner le mur de la salle à manger, il offre à Francine la tapisserie Judith et Holopherne qu'il avait réalisée en 1948.

Certaines scènes du dernier film de Cocteau, "Le testament d'Orphée", ont été tournées dans le jardin de la villa. Par ailleurs, en 1952, Cocteau a réalisé un film de 36 minutes sur la fameuse maison intitulé "La Villa Santo Sospir". On peut trouver ce film avec le DVD des "Enfants terribles" de Jean-Pierre Melville, qui existe en édition 2 DVD.

 

Le mythe du Soleil ou tête d'Apollon

Le mythe du Soleil ou tête d'Apollon

© tous droits réservés