Visitez Castel del Monte, le mystérieux château italien de Frédéric II

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/08/2016 à 14H04
Castel del Monte, un château du 13e siècle qui ne ressemble à aucun autre.

Castel del Monte, un château du 13e siècle qui ne ressemble à aucun autre.

© France 2 Culturebox

Bâti en 1240 à Andria, dans le sud de l’Italie, par l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, le château de Castel del Monte intrigue historiens et experts depuis des siècles. Cette forteresse à l’architecture octogonale unique, dépourvue de toute fonction militaire, reflète surtout la volonté de l’empereur d’associer traditions occidentales et orientales.

Castel del Monte a été construit sur la commune d'Andria, à 70 km à l'ouest de Bari, dans les Pouilles, au sommet d'une colline à 540 mètres d'altitude. Selon certains spécialistes, cet emplacement ne doit rien au hasard : à cet endroit, le château est situé sur le même axe et à mi-chemin entre la cathédrale de Chartres et la Grande Pyramide de Kheops en Egypte.

Achevée en 1240, cette forteresse devint le siège  permanent de la cour de Frédéric II de Hohenstaufen, devenu souverain du Royaume de Sicile à l'âge de 4 ans, puis sacré empereur en 1220 à 26 ans. La personnalité de celui qu'on surnommait "Stupor Mundi" de par l’étendue de ses connaissances et son ouverture au monde - et notamment aux civilisations musulmanes -  a marqué les lieux. Après avoir lui-même étudié Aristote et Averroès (grand philisophe musulman d'Espagne), il fit venir des savants juifs et arabes à sa cour.
Tableau Frédéric II - Chateau Castel del Monte © France 2 Culturebox (capture vidéo)

Tout sauf un banal château

Grand amateur de chasse, Frédéric II fit construire de nombreux châteaux sur les plateaux de l'Italie méridionale. Mais Castel del Monte est unique, Mélange d’architecture médiévale, d’influences antiques et orientales. L'édifice est aussi une "parfaite synthèse" entre la science, les mathématiques et l’art. Tout semble avoir été pensé et bâti autour du chiffre huit, symbole de l’infini, de l’équilibre parfait entre le ciel et la terre. De forme octogonale, le château est flanqué de huit tours, octogonales elles aussi. A l’intérieur, les huit salles du premier étage et les huit salles de l’étage supérieur donnent sur une cour octogonale, où se trouvait autrefois une fontaine... octogonale. De quoi alimenter de nombreux débats pour les amateurs d'ésotérisme. On dit même que le Saint Graal aurait été abrité pendant un temps dans ce château.
 
A Castel del Monte, on ne trouve ni chapelle, ni cuisines, ni écuries, ni logement pour le personnel royal. Par contre, selon certains spécialistes comme Ubo Occhinegro chercheur en architecture, le château était pourvu d’un hammam.
 
Reportage : F. Beaudonnet / F. Crimon / C. Billi / C. Argento / F. Ventura 

Splendeurs, misères et reconnaissance

A la mort de Frédéric II, l’édifice n’était probablement pas terminé. Il devint la propriété des ducs d’Andria, puis d’un général espagnol et enfin d’une grande famille de Naples. Abandonné à partir du XVIIe siècle, Castel del Monte fut pillé, dépouillé de ses décorations, marbres polychromes, mosaïques, de peintures et tapisseries dont il ne reste hélas que quelques traces (l'extérieur et notamment les solides façades en blocs de pierre calcaire et en quartz ont par contre fort bien résisté au temps).

Le lieu fut tour à tour prison, refuge pour les bergers, les brigands et les réfugiés politiques avant d’être racheté en 1876 par l’Etat italien qui commença sa restauration en 1928 avant de le déclarer monument national en 1936. Une grande zone entourant le château est elle aussi protégée par décret. Depuis 1996, Castel del Monte est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.