Soweto inaugure son grand théâtre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/05/2012 à 11H12
Le nouveau théâtre de Soweto (21 mai 2012)

Le nouveau théâtre de Soweto (21 mai 2012)

© Stéphane de Sakutin / AFP

Après des années d’attente, Soweto inaugure vendredi son théâtre dans un édifice photogénique flambant neuf, destiné à attirer des spectacles de rang mondial

Composé de trois cubes rouge, bleu et jaune bien visibles à la ronde, le théâtre a vocation à devenir « une icône », affirme Steven Sack, son directeur par intérim. Son revêtement carrelé scintille au milieu de la plus célèbre township d’Afrique du Sud, qui aurait pu rester un énième bidonville mais fait l’objet aujourd’hui d’une rénovation urbaine qui se veut exemplaire.

"C'est un symbole, un aimant que les gens viendront admirer pour voir le nouveau Soweto ", a ajouté Steven Sack devant les journalistes, qui se pressaient, enthousiastes, lors du premier tour du propriétaire.

La grande salle du théâtre de Soweto (21 mai 2012)

La grande salle du théâtre de Soweto (21 mai 2012)

© Denis Farrell / AP / SIPA

Selon lui, avec le "Soweto  Theatre", c'est la première fois qu'une municipalité ANC livre un site culturel qui ne soit pas un lieu honorant le passé de la lutte  anti-apartheid mais tourné vers l'avenir.

Un lieu "qui va apporter à la population une nouvelle plate-forme pour dialoguer, s'exprimer, rêver et imaginer l'avenir auquel nous aspirons en tant que Sud-Africains", a salué le président du conseil d'administration, Ishmael Mkhabela. Lui qui, à 60 ans, a connu le Soweto des émeutes de 1976 et la vie de paria des Noirs sous l'apartheid, se dit "touché dans son coeur et son âme par ce merveilleux projet".

Trois scènes pour accueillir des spectacles de rang mondial
Livré avec deux ans de retard, le théâtre de Soweto aura coûté 150 millions de rands (14,1 millions d'euros) et, selon la direction, on se bouscule déjà pour s'y produire.

Il comprend une grande scène à l’italienne avec 436 fauteuils et une acoustique soignée, et deux autres, plus petites et entièrement modulables. Administration, vestiaires,  bar, tous les espaces fonctionnels sont nichés dans deux hauts murs latéraux tuilés d'aluminium au volume incurvé, résolument contemporain.

Le verre est très présent. "On a essayé que ce soit complètement ouvert pour que quand les gens  marchent à côté, ils voient tout", a expliqué l'une des architectes, Clara da Cruz Almeida, ex-membre de l'équipe de conception Afri-Tech.

Une oeuvre d'un auteur de Soweto ouvre le programme
La programmation s’ouvre vendredi avec « The Suitcase » (La Valise), une pièce mise en scène par James Ngcobo d’après la nouvelle écrite en 1954 par un auteur de Soweto, Es’kia Mphahlehle. Elle raconte l’histoire d’un couple de la campagne qui migre en ville, à Durban.

Dimanche, l'une des grandes voix du continent africain, le Malien Salif Keita, viendra chanter, et en septembre, des noms majeurs de la danse contemporaine seront à Soweto dans le cadre du festival  "Danse l'Afrique Danse".