Philharmonie : la justice déboute Jean Nouvel dans sa demande de modification

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/04/2015 à 18H06
La Philharmonie de Paris, le 8 avril 2015.

La Philharmonie de Paris, le 8 avril 2015.

© WILFRIED LOUVET / ONLY FRANCE

La justice a estimé jeudi 16 avril que l'architecte Jean Nouvel, qui souhaite des travaux sur le bâtiment de la Philharmonie de Paris pour remédier à ce qu'il considère comme une dénaturation de son oeuvre, ne fournissait pas assez d'éléments, selon un jugement consulté par l'AFP.

Jean Nouvel a saisi le tribunal de grande instance de Paris car il estime que la Philharmonie a modifié sans son accord des éléments structurants de son oeuvre, notamment l'enveloppe générale du bâtiment, les foyers de la salle de concert et la volumétrie générale de celle-ci. Il demandait que la justice ordonne à la Philharmonie les travaux nécessaires à la remise en état du bâtiment, situé dans le XIXe arrondissement de Paris, tel qu'il l'a conçu.

Demande irrecevable

Mais dans son jugement consulté par l'AFP, la 3ème chambre civile du TGI de Paris a considéré que les documents versés par Jean Nouvel "ne permettent pas au tribunal d'appréhender l'oeuvre telle que revendiquée dans son état définitif, dans sa globalité comme dans ses détails". "Par conséquent, le tribunal n'ayant pas connaissance des contours de l'oeuvre revendiquée, la demande en dénaturation présentée" par l'architecte a été déclarée irrecevable.

L'architecte avait boycotté l'inauguration de la Philharmonie, le 14  janvier, dénonçant une ouverture "prématurée" et évoquant le "mépris" dont il aurait été l'objet pendant la conduite du chantier qui a accumulé les retards, depuis son lancement en 2006. "Contre tous les conseils de son architecte depuis 2013, le bâtiment a été ouvert dans un planning ne permettant pas de respecter les exigences architecturales et techniques", écrivait-il dans une tribune publiée dans le Monde, "La Philharmonie s'est tirée une balle dans chaque pied".