Mort de l'architecte Zaha Hadid, star des courbes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/03/2016 à 17H28
Zaha Hadid le 16 février 2016 à Oxford

Zaha Hadid le 16 février 2016 à Oxford

© Roger Askew/Sipa

C'était assurément l'une des architectes et urbanistes les plus célèbres et les plus demandées de par le monde : la Britannique d'origine irakienne Zaha Hadid, lauréate du prix Pritzker 2004, le Nobel des architectes, est décédée jeudi 31 mars d'une crise cardiaque dans un hôpital à Miami aux États-Unis.

Zaha Hadid devant la Serpentine Sackler Gallery à Londres (2013)

Zaha Hadid devant la Serpentine Sackler Gallery à Londres (2013)

© Leon Neal/AFP
"C'est avec une grande tristesse que Zaha Hadid Architects confirme que Zaha Hadid est décédée subitement à Miami tôt ce matin. Elle souffrait d'une bronchite contractée plus tôt cette semaine et a eu une crise cardiaque pendant son traitement à l'hôpital", a indiqué son cabinet dans un communiqué.

Première femme à obtenir le Pritzker Price (le Nobel des architectes) en 2004

Zaha Hadid est sans doute l'une des architectes et urbanistes les plus célèbres, grande interprète du mouvement déconstructiviste en architecture. Comme le dit son cabinet ce soir, "Zaha Hadid était largement considérée comme la plus grande architecte femme du monde d'aujourd'hui". Celle qui a dû lutter, en tant que femme, et issue du monde musulman contre tous les préjugés (et notamment de la profession), devenue une référence pour toute une génération, enseignait et donnait des conférences à travers le monde. Première femme à obtenir le Pritzker Price (le Nobel des architectes) en 2004, son oeuvre a fait l'objet d'une rétrospective au Guggenheim de New York dès 2006. Elle a été également la première à remporter la prestigieuse médaille d'or royale pour l'architecture en 2016, après Jean Nouvel, Frank Gehry ou Oscar Niemeyer. Récompenses, toujours : elle a aussi été lauréate à deux reprises du concours d'architecture Stirling, en 2010 pour le  MAXXI puis en 2011 pour l'Evelyn Grace Academy (Londres).
The Dominion, Tower business, à Moscou

The Dominion, Tower business, à Moscou

© Ramil Sitdikov/AFP

Née en 1950 à Bagdad, après son enfance en Irak, elle étudie les mathématiques à l'Université américaine de Beyrouth avant de se former à la bouillonnante Architectural association de Londres, dont elle sort diplômée en 1977. Elle y deviendra plus tard enseignante. Elle s'installe définitivement dans la capitale britannique, trouvant dans cette ville une très grande liberté. A Londres, Zaha Hadid fonde son cabinet en 1979, le "Zaha Hadid Architects", formé aujourd'hui de 246 architectes. Situé dans un ancien établissement scolaire victorien dans le quartier de Clerkrnwell, à Londres, il est considéré parmi les cabinets d'architecture les plus importants du monde. 
Le Wangking Soho building Complex de Pékin, dessiné par Zara Hadid.

Le Wangking Soho building Complex de Pékin, dessiné par Zara Hadid.

© Hu Qingming / ImagineChina / AFP

Des courbes et structures allongées

Parmi ses réalisations, on compte le tremplin de saut à ski d'Innsbruck en Autriche, les opéras de Canton en Chine et de Cardiff au Pays de Galles, le Centre culturel Heydar-Aliyev à Bakou, et la tour du 3e groupe de transport maritime mondial CMA-CGM à Marseille (France). Et parmi les oeuvres les plus récentes : à Rome le "Musée national des arts du XXIe siècle" (MAXXI), le pont Cheikh Zayed à Abou Dabi aux Émirats arabes unis et à Séoul, le "Dongdaemun Design Plaza", un gigantesque complexe multifonctions érigé au cœur du quartier le plus branché et le plus touristique de la capitale sud-coréenne. Créatrice de la piscine des JO de Londres en 2012, Zaha Hadid devait superviser la construction du stade olympique pour les JO de Tokyo en 2020 mais son projet, jugé trop onéreux, a été abandonné. 
Le futuriste Dongdaemun Design Plaza de Séoul (Corée du Sud) dessiné par Zahra Hadid.

Le futuriste Dongdaemun Design Plaza de Séoul (Corée du Sud) dessiné par Zahra Hadid.

© ExpressNews Eyepress / AFP

Néofuturiste, le travail de Zaha Hadid se caractérise par des formes courbes et des structures allongées, des points de perspective multiples et une géométrie fragmentée. 
"Travaillant avec son associé Patrik Schumacher", Zaha Hadid s'intéressait aux relations entre l'architecture, les paysages et la géologie, qu'elle a associés dans l'exercice de son métier avec des technologies innovantes, ce qui se traduisait souvent par des formes architecturales inattendues et dynamiques", a écrit aujourd'hui son cabinet.

Maxxi building à Rome (Musée national d'art contemporain)

Maxxi building à Rome (Musée national d'art contemporain)

© Alberto Pizzoli/AFP

Réactions

Les réactions au décès de Zaha Hadid sont à l'unisson : le ministre britannique de la Culture Ed Vaizey, qui s'est dit "stupéfait" par la nouvelle, salue dans un tweet son "énorme contribution à l'architecture moderne". Le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi a lui estimé "que sa créativité avait bénéficié au monde entier (...) qui perd quelqu'un d'une grande énergie", dans un communiqué. Pour Richard Rogers, l'un des architectes du Centre Pompidou à Paris,  "c'est une très grande perte" pour le monde de l'architecture. "Parmi les architectes ayant émergé au cours des dernières décennies, personne n'a eu autant d'impact qu'elle", a-t-il déclaré au quotidien The  Guardian.
Tour CGM à Marseille

Tour CGM à Marseille

© Philippe Roy/AFP
Centre culturel de Bakou, Azerbaïdjan par Zaha Hadid

Centre culturel de Bakou, Azerbaïdjan par Zaha Hadid

© Julien Garcia/AFP