Le pont Yavuz Sultan Selim sur le Bosphore inauguré à Istanbul

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/08/2016 à 15H57
Le pont Yavuz Sultan Selim inauguré le 26 août à Istanbul.

Le pont Yavuz Sultan Selim inauguré le 26 août à Istanbul.

© Metin Pala / ANADOLU AGENCY

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a inauguré vendredi 26 août le pont Yavuz Sultan Selim, le troisième pont sur le Bosphore à Istanbul. Un ouvrage élégant, conçu par les architectes français Michel Virlogeux et suisse Jean-François Klein, relevant de considérables défis techniques et édifié en un temps record.

Désengorger Istanbul

Ce troisième pont routier et ferroviaire, l'un des plus grands ponts suspendus du monde, est censé décongestionner la métropole tentaculaire et alléger la circulation sur les deux premiers ponts enjambant le Bosphore et reliant aussi les rives européenne et asiatique de la ville de 18 millions  d'habitants.
Le pont Yavuz Sultan Selim, troisième pont sur le Bosphore à Istanbul.

Le pont Yavuz Sultan Selim, troisième pont sur le Bosphore à Istanbul.

© KAYHAN OZER / ANADOLU AGENCY

Le pont Yavuz Sultan Selim, qui doit être mis en service dès ce samedi 27 août, s'inscrit dans le cadre d'un gigantesque projet autoroutier devant permettre à la plus grande ville de Turquie de s'étendre vers la mer Noire. "Nous sommes en Europe, et nous allons rejoindre l'Asie par la mer pour la  troisième fois", a déclaré le président Erdogan avant de couper le ruban. "Nous connectons les continents grâce au pont", a-t-il lancé, ajoutant : "Les films du monde entier seront tournés ici".

Un pont à la fois supendu et doté de haubans

Lyrique lui aussi, le Premier ministre Binali Yildirim a estimé que "Istanbul est une ville de ponts", une ville "hors pair qui connecte les continents et les cultures". "Yavuz Sultan Selim n'est pas seulement un pont mais une oeuvre d'art", a-t-il insisté, qualifiant la structure hybride - le pont est à la fois suspendu et doté de haubans - de "merveille de l'ingénierie".
 
L'ouvrage, imaginé par les architectes Michel Virlogeux (concepteur déjà des ponts de l'île de Ré, du Morbihan, de Normandie et plus récemment du viaduc de Millau) et Jean-François Klein et bâti par une joint-venture sud-coréenne, s'inspire du pont de Brooklyn, à New York. Faisant 1,4 km de long et 59 m de large avec des pylônes plus hauts que la Tour Eiffel, ce pont vient s'ajouter à la liste de grands travaux spectaculaires dans la ville d'Istanbul dont Recep Tayyip Erdogan a été le maire. Un troisième aéroport géant à Istanbul est ainsi prévu début 2018, et le  tunnel Eurasia, sous le Bosphore, sera inauguré fin décembre.

Critiques

Selon l'agence Reuters, les principales critiques au projet émanent des défenseurs de l'environnement car le pont menace la seule région boisée d'Istanbul et risque de contaminer la nappe phréatique. Certains économistes estiment à leur tour que ce projet d'un coût d'environ 3 milliards de dollars ne pourra jamais être rentable.