Le Festival des Architectures Vives ouvre de nouveaux horizons à la Grande-Motte

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/06/2016 à 17H58
Le collectif espagnol Concentrico présente son projet "Réversible" au Festival des Architectures Vives de la Grande-Motte 

Le collectif espagnol Concentrico présente son projet "Réversible" au Festival des Architectures Vives de la Grande-Motte 

© France 3 / Culturebox

Après Montpellier, le festival des Architectures Vives prend ses quartiers à la Grande Motte. Jusqu'au 26 juin 2016, les espaces publics de la ville accueillent des installations étonnantes toutes guidées par un seul terme : "Innover". Le public aussi est invité à jouer avec les oeuvres mobiles, ludiques et interactives.

Chaque année, le festival des Architectures Vives se déroule à Montpellier et à la Grande-Motte. L'apparence des deux villes de l'Hérault, se voit soudainement transformée par des projets un peu fous, sortis de la tête des architectes de demain.

Reportage : C. Agullo / J. Morch / E. Silveiro  / P. Sportiche

La Grande frite donne la pêche

Parmi les projets qui marquent l'édition 2016 du Festival des Architectures Vives, il y a cette installation jaune, orange et rouge,  qui domine le front de mer. Réalisée par HOCH Studio, "La Grande Frite" amène les visiteurs à se questionner sur le rapport entre l’architecture et le paysage. Un touriste belge y voit des  algues, une femme de son côté distingue clairement "un lever et un coucher de soleil",  un autre visiteur évoque une oeuvre typiquement "représentative" de la Grande-Motte.

Pari gagné pour les jeunes architectes qui se sont  laissés inspirer par l'étrange architecture de la ville et son dialogue avec la mer. 
"La grande frite" par  HOCH Studio

"La grande frite" par  HOCH Studio

© France 3 / Culturebox

Dessine-moi un horizon

Innover c'est aussi rêver pour les architectes de L'Atelier Sauvage. Avec ce collectif, la promenade du front de mer prend peu à peu des allures d’école. Comme sur un grand tableau transparent, de curieux dessins prennent forme. Ici, pas d’exercice imposé, mais l’horizon comme page blanche. Un crayon à la main, l’immensité de la mer sous les doigts, l’imagination se déclenche, les rêves se dessinent. Comme pour cet homme qui a choisi d'écrire quelques mots en chinois : "Le trésor est à l'intérieur" .

"Dessine moi un horizon"  - L'Atelier Sauvage

"Dessine moi un horizon"  - L'Atelier Sauvage

© France 3 / Culturebox

Les tuyaux de la discorde

On a plutôt l'habitude de les voir manipulés par des ouvriers sur les chantiers publics, ces énormes tuyaux de couleurs qui servent à faire passer les câbles ont ici été entassés face à la mer. 

"In OverAll" imaginé par Pierre-Alexandre Marc est une nouvelle forme de mobilier urbain. Elle est conçue autour de quatre usages: se reposer, attendre, observer et rencontrer. Agacé ou conquis, l'oeuvre d'art contemporain ne laisse pas le public indifférent.

"In Over All" Pierre-Alexandre Marc

"In Over All" Pierre-Alexandre Marc

© France 3 / Culturebox