La Tour Montparnasse fera peau neuve : trois agences d'architecture françaises sélectionnées

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/09/2017 à 09H21, publié le 19/09/2017 à 20H08
Maquette de la tour Montparnasse © PATRICK KOVARIK / AFP

Un trio d'agences d'architecture françaises, nouvelle AOM, va métamorphoser à l'horizon de 2024, la Tour Montparnasse. Le monolithe brun aussi emblématique de la capitale que mal-aimé, se transformera en un édifice de verre clair doté de jardins, un projet à plus de 300 millions d'euros.

Au terme d'un concours d'architecture international lancé en juin 2016, les agences Chartier-Dalix, Franklin Azzi et Hardel et Le Bihan ont été sélectionnées pour réaliser ce vaste "lifting" du bâtiment, a annoncé le 19 septembre le syndicat des copropriétaires de l'Ensemble immobilier Tour Maine Montparnasse (EITMM).

Les travaux, qui nécessiteront de vider cette tour de bureaux de ses occupants, doivent débuter fin 2019 et durer environ 40 mois, afin de s'achever "à temps pour les Jeux olympiques de 2024", a déclaré à la presse Gilles Vuillemard, président de l'EITMM. "Nous allons créer une tour qui vivra 24h sur 24, avec un hôtel et des services qui pourront également être offerts aux Parisiens, afin qu'ils soient fiers de la tour et puissent se l'approprier avec de nouveaux usages", a-t-il déclaré.

Le bâtiment deviendra "clair, transparent, exemplaire au plan énergétique"

Aujourd'hui sombre et enclavé dans une austère dalle de béton, le bâtiment, inauguré en 1973, deviendra "clair, transparent, exemplaire au plan énergétique", a affirmé l'architecte Franklin Azzi. Il "pourra accueillir 12.000 personnes par jour, contre 6.000 aujourd'hui".
Maquette de la nouvelle Tour Montparnasse © PATRICK KOVARIK / AFP

"Ce sera une renaissance, et l'occasion de tourner la page de l'amiante", a poursuivi Gilles Vuillemard. Si la fibre cancérigène a été retirée dans 90% du bâtiment depuis 2006, il en subsiste dans les 10% restants, des "parties inaccessibles de la tour, comme les joints de façade". La tour comprendra notamment un hôtel sur 4 étages et une crèche. Au niveau du premier tiers, où seront logés la plupart des services (cafés, restaurants) destinés aux occupants des bureaux, un "jardin suspendu" à ciel ouvert donnera un aspect plus "vert" au bâtiment, renforcé par des jardins d'hiver en balcons qui verront le jour à chaque étage.

Un "lifting" qui coûtera plus de 300 millions d'euros

Aux 210 m qui font de la tour Montparnasse le plus haut édifice parisien s'ajouteront les 18 m d'un étage supplémentaire où seront logés une "serre agricole" et 850 m2 de panneaux photovoltaïques. Ceux-ci fourniront "la moitié des besoins en éclairage artificiel" de la tour, a précisé à l'AFP l'ingénieur Raphaël Ménard, de la société Elioth. Ce "lifting" de grande ampleur, d'un coût supérieur à 300 millions d'euros, sera financé par les 40 copropriétaires de la tour. Une exposition, en accès libre du 20 septembre au 22 octobre au Pavillon de l'Arsenal, permet aux Parisiens de découvrir le projet.