Jean Nouvel est officiellement retenu pour le nouveau grand musée d'art de Pékin

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/09/2014 à 14H05
Le projet de Jean Nouvel pour le nouveau Musée des Arts de la Chine à Pékin, le hall d'été surplombé par un plafond or

Le projet de Jean Nouvel pour le nouveau Musée des Arts de la Chine à Pékin, le hall d'été surplombé par un plafond or

© Ateliers Jean Nouvel

Ca y est, c'est officiel, l'architecte français Jean Nouvel est chargé de concevoir le "Musée des Arts de la Chine" (Namoc) à Pékin, un des plus grands projets muséaux dans le monde, ont indiqué lundi les Ateliers Jean Nouvel.

Le choix de Jean Nouvel, lauréat du prix Pritzker en 2008, a été confirmé la semaine dernière à l'occasion de la visite à Paris de Mme Liu Yandong, vice-Première ministre chinoise en charge de l'Éducation, de la Culture, des Sciences, de la Santé, du Tourisme et du Sport, qui a annoncé le lancement des études et de la réalisation du Namoc.
 
130.000 carrés de superficie
 
Réalisé avec le Beijing Institute Architecture Design (Biad), le futur musée sera construit à proximité du "Nid d'oiseau", le stade olympique créé par le cabinet suisse Herzog et de Meuron, sur un axe nord-sud allant de la Cité interdite au site olympique.
 
Quelque 100.000 pièces de l'ère Ming à nos jours seront exposées dans ce bâtiment de 200 mètres de long et d'une superficie de 130.000 m2.
 
Un bâtiment inspiré de la calligraphie chinoise
 
Jean Nouvel  s'est inspiré de la calligraphie chinoise pour concevoir l'édifice. Un jardin intérieur sera protégé par une résille et le hall d'été sera surplombé par un plafond or. Jouxtant le musée, un monticule sera planté de 153 drapeaux rouges.
 
L'architecte a été désigné à l'issue d'un concours en trois phases en 2010 auquel participaient sept équipes chinoises et 13 agences internationales renommées, dont celles de l'Américain Frank Gehry, de l'Irako-britannique Zaha Hadid, et de l'Israëlo-canadienne Moshe Safdie.
 
Jean Nouvel avait détaillé son projet en mai dernier dans le Figaro, mais le choix de l'architecte français n'avait pas été confirmé par Pékin.