Designers 2012, les frères Campana ont carte blanche aux Arts Déco à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/09/2012 à 13H21
  • Fernando et Humberto Campana
  • Sofa, sans titre, dessin préparatoire, 2012
  • Luminaire pendant, sans titre, dessin préparatoire, 2012
  • Cabana+Campana
  • Bougeoir « Lacrime di Cocodrillo »
  • Bougeoir « Lacrime di Cocodrillo »
  • Polo Edition Spéciale créé par Fernando et Humberto Campana pour la maison Lacoste, 2009
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Fernando et Humberto Campana
    Fernando et Humberto Campana © Nikkos Kokkas
  • Sofa, sans titre, dessin préparatoire, 2012
    Sofa, sans titre, dessin préparatoire, 2012 © DR
  • Luminaire pendant, sans titre, dessin préparatoire, 2012
    Luminaire pendant, sans titre, dessin préparatoire, 2012 © DR
  • Cabana+Campana
    Cabana+Campana © Edra
  • Bougeoir « Lacrime di Cocodrillo »
    Bougeoir « Lacrime di Cocodrillo » © DR
  • Bougeoir « Lacrime di Cocodrillo »
    Bougeoir « Lacrime di Cocodrillo » © DR
  • Polo Edition Spéciale créé par Fernando et Humberto Campana pour la maison Lacoste, 2009
    Polo Edition Spéciale créé par Fernando et Humberto Campana pour la maison Lacoste, 2009 © DR

Les designers brésiliens Fernando et Humberto Campana sont célèbres pour leurs réalisations insolites, leurs détournements et recyclages d’objets. Leurs créations éclectiques, iconoclastes et exubérantes ont pour toile de fond l’atmosphère de leur pays d’origine. Révélés grâce aux fabricants et diffuseurs européens de mobilier (Edra), de luminaires (Fontana Arte) et d’accessoires domestiques (Alessi), ils sont devenus les ambassadeurs du design brésilien contemporain. Les Arts Décoratifs leur donne carte blanche du 13 septembre au 3 février 2013.

Fernando et Humberto, respectivement architecte et avocat de formation, se sont associés en 1983 pour créer une oeuvre singulière qui utilise des matériaux et des techniques à priori inhabituels dans l’univers du design. Depuis leur atelier de Sao Paulo, ils conçoivent un design « tiré de la rue », à mi-chemin entre l’Arte Povera et la production industrielle d’objets de design, et ont pour matériaux de prédilection des objets de récupération. La culture du Brésil est leur principale source d’inspiration : la diversité des influences, la mixité sociale, l’économie de moyens et l’artisanat.

Les premières réalisations sont celles d’Humberto : il s’agit de pièces artisanales (cadres de miroirs en bois et en coquillages, paniers en bambou aux formes et techniques volontairement imparfaites et imprécises). En 1989, Ils intitulent leur 1re collection « Inconfortable », des chaises lourdes et peu fonctionnelles. Leur oeuvre évoque volontiers la nature ; ils privilégient le motif du coquillage, élément décoratif fréquent à la fois dans l’art baroque mais aussi dans l’artisanat traditionnel des Indiens du Brésil. La référence au monde animal est récurrente chez eux.

Un travail de récupération et de détournement
Ils procèdent à un travail de récupération de bouts de bois, de ferraille ou de plastique, de pièces de tissus ou de jouets, puis ils les détournent de leur usage initial, allant jusqu’à la transgression des normes esthétiques, en les agençant tantôt selon des procédés artisanaux, tantôt selon des techniques de pointe. Ils n’hésitent pas à définir leur univers à la limite du « kitsch » et du « régionalisme » mais également à la frontière du design, des arts appliqués et de l’art contemporain.

Polo Edition Spéciale créé par Fernando et Humberto Campana pour la maison Lacoste, 2009

Polo Edition Spéciale créé par Fernando et Humberto Campana pour la maison Lacoste, 2009

© DR

Pour les Campana, la fonctionnalité d’un objet ou d’un meuble découle de la forme qui, elle, est dictée par les matériaux. Ils s’intéressent autant au mobilier qu’ils font éditer par des grandes maisons qu’aux objets pour l’art de la table. Passionnés par la culture française, ils signent des collaborations avec des maisons telles Lacoste en 2009 pour une ligne de polos et Bernardaud en 2011 avec la collection « Nazareth » (coupes, bougeoirs, serre-livres en bronze doré ou en porcelaine). Leur aménagement du Café de l’Horloge du Musée d’Orsay compte parmi leurs dernières créations notables dans l’hexagone. Ils ont été élus designers de l’année 2012 au Salon Maison & Objets à Paris. En 2012, le Comité Colbert, qui met le Brésil à l’honneur, les distingue designers emblématiques du dynamisme de la création au Brésil. Le Prix Colbert Création & Patrimoine leur sera remis lors de l'inauguration de l'exposition.

« Barrocco Rococo », leur première exposition en France
Ils ont imaginé la scénographie sous la forme d’une installation conçue comme une haie de bambous articulés. C'est un matériau qu’ils affectionnent depuis leur enfance pour ses multiples propriétés : facile à travailler car souple et léger, il repousse rapidement, et, répond aux normes de développement durable qui leur est cher. Dans les niches intégrées aux murs de bambous, ils placent des créations réalisées pour la Galleria O. de Rome (présentées au Palais Doria Pamphilj en 2011) ainsi que des réalisations inédites.

Bougeoir « Lacrime di Cocodrillo »

Bougeoir « Lacrime di Cocodrillo »

© DR

Toutes les pièces (lampes, chandeliers, tables ou sièges) sont d’inspiration baroque, faites à partir de moulages en bronze doré, d’éléments décoratifs anciens, puisant dans un répertoire iconographique des XVIIe-XVIIIe siècles. Ainsi, la torsion de la base de l’un des chandeliers est un élément formel du vocabulaire artistique des Campana mais également une référence au mouvement ascensionnel en torsion de sculptures du Bernin. Les éléments moulés sont « pervertis », selon leur expression, pour aboutir à une création insolite utilisant des matériaux nobles comme le marbre de Carrare et le bronze. Ils cherchent à faire « de l’archéologie recomposée » à partir de ces éléments qui sont « désorganisés de façon à obtenir un collage personnel, un assemblage d’éléments recomposés en une forme nouvelle », parfois volontairement imparfaite. Chaque oeuvre est produite en série très limitée.

Les Campana se plaisent à dire : « Le vrai luxe est celui d’avoir l’opportunité de travailler sur des projets qui permettent de faire des prototypes sans devoir répondre aux exigences de l’industrie ».

Les frères Campana Barroco Rococó, du 13 septembre au 03 février 2013.
Musée des arts décoratifs. 107, rue de Rivoli. 75001 Paris. Du mardi au dimanche de 11 h à 18 h. (Nocturne le jeudi jusqu’à 21 h : seules les expositions temporaires et la galerie des bijoux sont ouvertes).