Delanoë ne veut pas des coupoles dorées de l’église russe quai Branly

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/11/2012 à 09H43
Le projet d'église orthodoxe russe sur le quai Branly, dirigé par Manuel Nunez Yanowsky

Le projet d'église orthodoxe russe sur le quai Branly, dirigé par Manuel Nunez Yanowsky

© Arch group

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a redit lundi son hostilité « esthétique » au projet d’église orthodoxe que la Fédération de Russie veut construire quai Branly et sur lequel l’Etat doit se prononcer avant la fin du mois

Le projet actuel "va abîmer le site" et "donner une mauvaise image" de la Russie et des autorités religieuses orthodoxes, a estimé M. Delanoë lors d'un  déjeuner avec la presse.

La Fédération de Russie a déposé fin janvier une demande de permis de  construire auprès des services de la Préfecture de Paris, afin de réaliser une église et un centre culturel russe sur le site de l'ancien siège de Météo France, quai Branly, à deux pas de la Tour Eiffel.

Cinq bulbes dorés
Une équipe d’architectes français et russes menés par l’Espagnol Manuel Nunez Yanowsky, sélectionnés par concours international, ont imaginé une église orthodoxe classique surmontée de cinq bulbes dorés, dont le plus grand s'élève à 27 mètres (sans la croix).

Le maire avait exprimé en février sa "très nette opposition" au projet dessiné par l'équipe d'architectes menée par l'Espagnol Manuel Nunez Yanowsky,  regrettant une "architecture de pastiche" avec "une ostentation tout à fait inadaptée au site des berges de la Seine classé au patrimoine mondial de  l'Unesco".

"Lors du concours, il existait des propositions bien plus satisfaisantes,  soucieuses d'harmonie urbaine et respectueuses du paysage parisien", soulignait alors Bertrand Delanoë qui "ne (remettait) pas en cause le principe" d'une église russe orthodoxe sur ce site.

Une affaire d'Etat ?
Mais le président Vladimir Poutine tiendrait au projet "comme à la prunelle de ses yeux", selon un « observateur averti » cité dimanche par le Journal du dimanche.

Le maire, dont l'avis n'est que consultatif sur le dossier, a souligné  lundi qu'il donnait "un avis de maire de Paris sur l'édification d'un bâtiment à un endroit extrêmement emblématique" et qu'il n'était "pas là pour déclencher une guerre entre la France et la Russie".

"Après, les autorités françaises font ce qu'elles peuvent et ce qu'elles doivent", a-t-il dit.

Selon le Journal du dimanche, une réunion secrète sur la question a été organisée en début de semaine autour de la directrice de cabinet de l’Élysée, Sylvie Hubac, sans Delanoë.

Le projet d’église a été validé en 2007 par Nicolas Sarkozy et l’Etat russe a acquis en janvier 2010 le siège de Météo France, situé au coin de l'avenue Rapp et du quai Branly, mis en vente par Bercy, rappelle le JDD.