Besançon inaugure sa Cité des Arts, premier projet européen de Kengo Kuma

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/04/2013 à 14H26
La nouvelle Cité des Arts de Besançon, Kengo Kuma & Associates / Archidev

La nouvelle Cité des Arts de Besançon, Kengo Kuma & Associates / Archidev

© Nicolas Waltefaugle

La Cité des Arts et de la culture de Besançon, qui regroupe un conservatoire et le Fonds régional d’art contemporain (Frac) de Franche-Comté, a été inaugurée vendredi par Aurélie Filippetti. L'architecte japonais Kengo Kuma, qui signe ce bâtiment de 11.000 m2, était présent aux côtés de la ministre de la Culture et de la Communication.

Reportage : S.Poirier / F.Lemoing / R.Bolard / S.Dufour
Les façades de cette construction située au pied de la citadelle de Vauban, à l'entrée du centre ville, sont composées de panneaux rectangulaires de bois, d’aluminium et de verre. Avec une telle surface, "je courais le risque d'un bâtiment imposant", mais  "les panneaux de bois, du mélèze, effacent le volume et créent une ambiance intime et douce", estime Kengo Kuma.
 
Un toit horizontal constitué de pixels de végétation, d'aluminium, de verre et de panneaux photovoltaïques recouvre deux bâtiments : l'un dédié au Conservatoire à rayonnement régionale de Besançon et l'autre au Fonds régional d'art contemporain (Frac). Un entrepôt de brique des années 1930 a été conservé au sein de l’édifice.
La Cité des Arts et de la Culture de Besançon -Kengo Kuma & Associates / Archidev

La Cité des Arts et de la Culture de Besançon -Kengo Kuma & Associates / Archidev

 
Des espaces d'exposition et une salle de conférences
L’écoulement du temps, notion chère à l’architecte, est suggéré par le passage de la lumière dans le bâtiment, grâce aux interstices ménagés sur les cinq façades. Une lumière fluctuante en fonction de l’heure et des saisons.
 
Le Frac franc-comtois est l'un des Frac dits de "nouvelle génération" dont le but n’est pas seulement la conservation  mais sont aussi équipés d'espaces d'exposition. Il est aussi doté d’espaces pédagogiques et d’une salle de conférences.
 
L'architecte japonais réalise sa première commande publique  européenne, a indiqué le maire de Besançon, et président de son agglomération, Jean-Louis Fousseret, "très fier que Besançon soit la ville qui ait fait connaître Kengo Kuma en France et que Marseille ait eu la même idée". En effet, Kengo Kuma est aussi l’auteur du Frac de Provence-Alpes-Côte d’Azur, commandé après celui de Besançon mais déjà inauguré, le 22 mars dernier.
 Kengo Kuma : je veux effacer l'architecture
"Je veux effacer l’architecture, écrit Kengo Kuma. C’est ce que j’ai toujours voulu faire et il est improbable que je change jamais d’avis."
 
Le projet bisontin est né en 2006 sous l'impulsion de l'ancien président de la région Franche-Comté, Raymond Forni, qui souhaitait "donner à la capitale  régionale une entrée et sortie de ville digne de ce nom", raconte l'actuelle présidente, Marie-Guite Dufay.
 
L'élue socialiste souligne "l'exemplarité du bâtiment du point de vue de la protection environnementale". La Cité des Arts est le premier bâtiment culturel français de cette importance à être labellisé BBC  Effinergie, associé à la démarche HQE (Haute qualité environnementale).