Anish Kapoor dévoile son étrange tour de Londres

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/05/2012 à 20H15
La tour d'Anish Kapoor à Londres.

La tour d'Anish Kapoor à Londres.

© Tim Hales/AP/SIPA

L'artiste britannique d'origine indienne Anish Kapoor a inauguré vendredi la tour hélicoïdale de métal rouge, appelée à devenir une sorte d'icône du site olympique des JO de Londres cet été. La tour torsadée de 114,5 mètres de haut, qui divise à la fois les critiques d'art et les Londoniens, est à la fois "étrange" et "belle", a convenu Anish Kapoor.

"Je pense qu'elle est étrange", a déclaré Anish Kapoor, évoquant ses "coudes qui pointent", à propos des hélices de dentelle rouge qui débordent de la structure d'acier centrale. "C'est dérangeant, et je pense que cela fait partie de sa beauté".

Londres espère attirer le public après les J.O.
Le maire de Londres Boris Johnson espère que la tour continuera d'attirer le public sur le parc de la capitale britannique après les JO. Il a remarqué que "la Tour Eiffel avait suscité pas mal d'hostilité lors de sa création".

Anish Kapoor, qui a conçu la tour avec l'architecte Cecil Balmond, a critiqué le prix d'entrée élevé (15 livres, soit près de 19 euros) en jugeant
que "c'est beaucoup d'argent". Il a espéré qu'un "prix plus démocratique" serait introduit après les jeux.

Les visiteurs peuvent accéder à ses deux étages d'observation et à son restaurant par ascenseur et redescendre par l'escalier de 455 marches.

Un sponsor en acier
Outre "la beauté de l'oeuvre d'art", le maire de Londres a souligné que "c'est fait pour générer des emplois, pour générer de la croissance dans cette partie de Londres". Le parc Olympique est sorti de terre dans une zone défavorisée de l'est londonien et doit contribuer à sa rénovation urbaine.

C'est le géant de l'acier ArcelorMittal a assuré l'essentiel du financement de l'oeuvre, entièrement faite d'acier (19,6 millions de livres soit 24,4 millions d'euros sur le total de 22,7 millions de livres).