A Lyon, les dimanches d'été sous le signe de la salsa avec les Tempos Latinos

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/07/2016 à 16H41
Salsa lyonnaise

Salsa lyonnaise

© Jean-François Lixon

A Lyon, chaque dimanche d'été depuis plusieurs années, la place des Terreaux devient une piste de danse géante. De 17h à 21h, l'immense quadrilatère résonne des meilleurs morceaux de salsa. DJCarlos, avec l'association Baila Conmigo font danser jusqu'à 500 personnes en même temps. Ce moment convivial et multiculturel a le soutien de la mairie qui l'intègre dans son opération "Tout L'Monde Dehors".

Les dimanches d'été juste avant 17h, quand il fait beau sur Lyon, on sent que quelque chose se prépare sur la place des Terreaux. Des petits groupes  se réunissent devant le parvis de l'hôtel de ville. S'installent alors une platine, quelques hauts parleurs et DJCarlos. Ce trentenaire d'origine costaricaine qui connait la salsa comme Castro connait ses cigares lance la fête. DJCarlos est le maître de cérémonie des Tempos Latinos. Pendant une heure, un professeur de l'association Baila conmigo commence par donner des leçons de danse à tous ceux qui le désirent. Vers 18h, les débutants font ensuite de la place et les salseros aguerris prennent possession des carrés de marbre imaginés par Daniel Buren. Débutants, jeunes, vieux, latinos, blacks ou croix-roussiens de dix générations, il n'y a plus là que des amateurs de salsa.

Engouement pour la salsa

Pendant trois heures, les morceaux s'enchaînent. Les couples de danseurs se forment le temps d'une ou deux chansons d'Hector Lavoe, Celia Cruz ou Roberto Torres. Mais la programmation reste curieuse. Elle ne se contente pas des valeurs sûres et propose souvent les derniers morceaux du genre produits à Cuba, New York ou ailleurs dans la sphère salsera. Et DJCarlos a l'oreille. Qu'il s'agisse de titres courts ou de morceaux de bravoure approchant le quart d'heure, il sait exactement lequel choisir en fonction du moment et de ce qu'il sent vibrer dans la foule de couples qui virevoltent. Pourquoi cet engouement pour la salsa nettement perceptible en France ces dernières années ? DJCarlos a son idée.

Reportage : Culturebox/Jean-François Lixon

De toute la grande région

Il y a un peu plus d'une dizaine d'années, les danseurs de salsa se réunissaient le dimanche soir à Lyon sans rien demander à personne. Ils annexaient un coin de la place des Terreaux et dansaient sur les choix du prédécesseur de DJCarlos. Depuis cinq ou six éditions, ce moment privilégié a reçu le soutien de la mairie de Lyon. Un soutien gratuit, elle ne finance rien mais donne son accord. En échange, la manifestation apparaît sur les programmes et les affiches de l'opération "Tout L'Monde Dehors". Sous ce vocable "djeun's", la municipalité lyonnaise réunit des dizaines d'animations gratuites offertes aux Lyonnais et aux touristes venus découvrir la capitale des Gaules. L'opération est entièrement financée par Baila Conmigo et le café devant lequel se tient la manifestation. De Chambery et de Valence, de Saint-Etienne ou de Vienne, les amateurs de danse latino se déplacent aujourd'hui de toute la grande région pour consacrer quelques heures de leur dimanche estival à la salsa. 

Les danseurs lyonnais de Salsa, août 2015

Les danseurs lyonnais de Salsa, août 2015

© Jean-François Lixon

Danser la salsa à Lyon ? L'embarras du choix

La salsa est bien implantée à Lyon. Outre ces dimanches d'été, un autre rendez-vous estival est donné le mardi soir sur l'un des quais de la ville par une autre association. DJCarlos, de son côté anime tous les lundi une soirée consacrée à cette musique et à la danse qui l'accompagne. Cela se passe au Ninkasi, haut lieu musical de la ville, à la fois salle de spectacle, restaurant et bar. Une énumération à laquelle il faut ajouter pour être complet, quelques cabarets latinos et des écoles de danse.

Début de soirée salsa à Lyon

Début de soirée salsa à Lyon

© Jean-François Lixon

Polémique

La place des Terreaux est sans doute l'un des lieux les plus vivants de la ville. Depuis quelques semaines, des riverains qui devraient pourtant être habitués au bruit et à l'agitation, font le siège de la mairie de Lyon pour avoir la peau des dimanches salsa. L'excuse du bruit paraissant bien faible, certains n'hésitent pas à penser que la mixité sociale et la diversité qui s'expriment à travers ces moments de partage amical et convivial ne plaisent pas à tout le monde. "Si les édiles lyonnais ont un doute, expliquent les danseurs rencontrés ce dimanche-là, qu'ils viennent passer quelques minutes place des Terreaux". Ils n'ont effectivement que quelques pas à faire pour se rendre compte que ce qui s'y passe résonne parfaitement avec les trois mots qui composent notre devise républicaine. Une devise ces jours-ci trop souvent mise à mal par l'intolérance et que de simples manifestations comme les Tempos Latinos viennent discrètement soutenir.