900 œuvres de la collection Cligman rejoindront un nouveau musée d'art moderne à l'Abbaye de Fontevraud

Par @Culturebox
Publié le 02/09/2017 à 17H56
Martine et Léon Cligman, le 1er septembre 2017, lors de la conférence de presse officialisant la création d'un musée d'art moderne au sein de l'Abbaye Royale de Fontevraud (Maine-et-Loire) qui accueillera leur donation de 900 oeuvres à l'Etat et à la région Pays-de-la-Loire.

Martine et Léon Cligman, le 1er septembre 2017, lors de la conférence de presse officialisant la création d'un musée d'art moderne au sein de l'Abbaye Royale de Fontevraud (Maine-et-Loire) qui accueillera leur donation de 900 oeuvres à l'Etat et à la région Pays-de-la-Loire.

© PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

L'ancien magnat du textile Léon Cligman et son épouse, l'artiste Martine Martine, ont officialisé le 1er septembre le don à l'Etat d'une partie de leur exceptionnelle collection d'œuvres d'art. 900 pièces qui seront accueillies dans un nouveau musée d'art moderne dont l'ouverture est prévue pour 2019 à l'Abbaye royale de Fontevraud, près de Saumur dans le Maine-et-Loire

Toulouse-Lautrec, Corot, Degas, Dufy, Derain, Delacroix : les époux Cligman ont constitué depuis plus de cinquante ans une collection d'environ 1200 œuvres, tableaux, mais aussi sculptures, dessins et objets anciens. Après des "déboires tout à fait anormaux" et l'échec des discussions avec la ville de Tours, à laquelle M. Cligman souhaitait offrir ses œuvres, le collectionneur s'est tourné vers la région des Pays de la Loire et l'Etat.
 
"Personnellement, je trouvais que c'était un geste normal de remettre à la France ce que j'ai eu le bonheur et la chance de recevoir en France. C'est important que je puisse rendre un peu de ce que ce pays m'a donné", a déclaré Léon Cligman, 97 ans, émigré juif russe arrivé très jeune en France, où il a bâti un empire industriel textile. "Tout ce que nous avons acheté, Martine et moi, tous les objets que nous avons ont été achetés à des prix tout à fait raisonnables. Aujourd'hui, ce que nous offrons, ce n'est pas une somme d'argent, ce ne sont que des œuvres", a poursuivi M. Cligman, lors d'une conférence de presse à l'Abbaye royale de Fontevraud, près de Saumur.

Reportage : M-C. Roupie  / J-M. Lalier  / N. Guilbaud
 

900 œuvres au total

Une première donation à l'Etat, approuvée par le conseil artistique des musées nationaux et comprenant 523 numéros, soit environ 600 œuvres, doit être complétée par une seconde donation à la région de "300 lots", selon son président, Bruno Retailleau (LR).
 
"Ces deux donations ont pour condition leur dépôt dans l'Abbaye royale de Fontevraud", a souligné M. Retailleau, annonçant la création d'un nouveau musée d'art moderne autour des œuvres de la collection Cligman, dont l'ouverture est prévue en 2019 et qui a vocation à obtenir le label Musée de France.
Il sera installé dans le bâtiment de la Fannerie, qui présente les avantages d'avoir "déjà été restauré à l'extérieur", d'être volumineux et d'être situé à l'entrée du site de l'Abbaye, propriété de l'Etat protégée au titre des monuments historiques.
 
"L'Etat va veiller à ce que les choses se passent le plus vite possible (...) pour que vous soyez tous les deux là en 2019, au moment de l'inauguration", a assuré aux époux Cligman la préfète de la région Pays de la Loire, Nicole Klein. Les travaux d'aménagement du musée seront notamment financés grâce à un fonds de donation, auquel contribuent Léon et Martine Cligman à hauteur de cinq millions d'euros.
 
"Grâce à votre générosité, (...) vous agissez pour l'accès de tous à la culture. Ce don, vous le faites aussi pour les générations futures car en confiant ainsi votre collection, vous en permettez la conservation, la restauration, la transmission", a salué la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, dans un message vidéo retransmis lors de la conférence de presse.  Avec ce "don exceptionnel" à l'Etat, "vous creusez le sillon exemplaire tracé par votre famille, Pierre et Denise Lévy (les parents de Martine Cligman, sculptrice et artiste peintre). Ils avaient eux aussi choisi de faire donation de leur collection à l'Etat dans les années 70 et permis ainsi la création du musée d'art moderne de Troyes".