"Téhéran Tabou" : le film d'animation qui lève le voile sur le véritable visage de l'Iran

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/10/2017 à 17H49, publié le 04/10/2017 à 17H11
Le film d'animation "Téhéran Tabou" d'Ali Soozandeh en salles le 4 octobre 2018

Le film d'animation "Téhéran Tabou" d'Ali Soozandeh en salles le 4 octobre 2018

© Camino Filmverleih / Little Dream Entertainment

Quand l'animation permet de contourner la censure, "Téhéran Tabou" montre les dessous d'une ville schizophrène. Réalisé par Ali Soozandeh, le film suit le destin de trois femmes iraniennes. Trois histoires qui correspondent toutes à une réalité parfois sombre, parfois porteuse d'espoir. Le film est en salles ce mercredi 4 octobre.

En Iran, l'arrivée au pouvoir d'Hassan Rohani il y a quatre ans avait donné l'espoir d'une plus grande ouverture de la société. Ce n'est pas le tableau qui est dressé dans le film "Téhéran Tabou".

Reportage : N. Hayter / Pinol, S.Korwin 

Lever le voile dans les alcôves iraniennes

Téhéran Tabou" dénonce les dessous de la dictature des Mollahs qui gouvernent le pays depuis près de quarante ans et qui bâillonnent les Iraniens, et surtout des Iraniennes. "La vie dans les rues de Téhéran est plus nuancée qu'on ne le pense. Il y a les interdits, les lois restrictives et les gens qui jour après jour tentent de les contourner", souligne le réalisateur Ali Soozandeh. Entre la triche, les mensonges et la corruption, le film est un manifeste contre ces lois et coutumes qui pèsent encore sur l'intimité des hommes et des femmes de Téhéran.
Téhéran Tabou photo © Camino Filmverleih / Little Dream Entertainment

Quand le virtuel vient au secours de réalité

Depuis cinq ans, Ali Soozandeh vit en exil, en Allemagne, il ne peut pas tourner dans son pays natal, l’Iran. Pour réaliser "Téhéran Tabou", il choisit l’animation et la technique de la rotoscopie (acteurs filmés sur fond vert puis redessinés par la suite). Cette fausse réalité lui permet d'aborder frontalement les grands thèmes marqués par la censure : la sexualité, les femmes, l'opposition, l'intégrisme religieux, le pouvoir exercé sans limite et la misère sociale.
Téhéran tabou3 © Camino Filmverleih / Little Dream Entertainment
Dans un langage très cru, le cinéaste réussit à faire dire à ses personnages une certaine réalité de la société iranienne contemporaine. "Il aurait été impossible de trouver des actrices ou des acteurs qui puissent jouer ces rôles-là avec ces mots-là car les mots sont assez grossiers", explique Shalha Nahid, journaliste iranienne - RFI. 

Au coeur de Téhéran

Les dessins très réalistes de "Téhéran Tabou" permettent de voyager dans le coeur de la capitale iranienne. Chaque scène se veut aussi proche que possible de la réalité et raconte plusieurs récits dans l’Iran d’aujourd’hui."J'ai passé presque toute ma jeunesse à Téhéran, alors j'ai voulu peindre des tableaux qui me rappelaient les images que j'en avais ; le véritable visage de Téhéran", rapporte Alireza Darvish, responsable pôle animation. 
Téhéran Tabou 2 © Camino Filmverleih / Little Dream Entertainment
Dans ce film d'animation réservé aux adultes, trois femmes tentent de survivre dans un monde impitoyable : une intellectuelle mal mariée, une jeune fille qui a perdu sa virginité et une prostituée. 

Sélectionné à la Semaine de la Critique à Cannes et au Festival d’Annecy, "Téhéran Tabou" a déjà séduit de nombreux cinéphiles.