Andreï Kourkov - andrei-kourkov.jpg

Andreï Kourkov

Ecrivain

Est un écrivain ukrainien, de langue russe. Né en 1961 dans l’ancienne Union Soviétique, il a grandi à Kiev, et vit depuis 1996 entre l’Ukraine et la Grande-Bretagne. Président de l’Union des écrivains ukrainiens, il est connu en France comme à l’international depuis la parution en 2000 du « Pingouin » (Liana Levi), suivis du « Caméléon » (2001), de « L’ami du défunt » (2002) puis des « Pingouins n’ont jamais froid » (2004). Tous ces romans se déroulent entre l’Ukraine, la Russie, la Tchétchénie et le désert kazakh, et décrivent rongée par l’anomie et la corruption, au sein de laquelle l’absurde et les petits arrangements règnent en maîtres. Il a également écrit pendant la Révolution orange « Le dernier amour du président » (Liana Levi, 2005), mettant en scène un homme devenu en 2015 président d’Ukraine de manière quasiment accidentelle. Il a depuis lors publié « Laitier de nuit » (2010) et « Le jardinier d’Otchakov » (2012), pour lequel il est reçu ce week-end au Salon du Livre de Paris. Désigné dans « Le Point » du 20 mars comme « l’écrivain qui défie Poutine » - journal dans lequel il déclarait « [Les Russes] sont restés très soviétiques » -, il a participé aux récents événements de la place Maïdan de Kiev, et livré dans le « Libé des écrivains » de ce jeudi un témoignage à ce sujet, intitulé « Ce matin, la guerre n’avait toujours pas commencé, j’avais mal dormi… », et dans lequel il écrivait : « On a élevé le patriotisme de la société russe à un tel degré qu’il s’est facilement laissé distiller en chauvinisme. Encore un peu, et le prochain produit de cette opération sera le fascisme ordinaire. »