Alexandre Romanès font son cirque dans la Capitale

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 20/04/2009 à 10H02
Alexandre Romanès font son cirque dans la Capitale

Alexandre Romanès font son cirque dans la Capitale

© Culturebox

Le chapiteau du cirque tsigane est dressé jusqu'au 3 mai 2009 au 42-44 Boulevard de Reims à Paris XVIIème, près de la porte de Champerret, pour son nouveau spectacle "Rien dans les poches".

Alexandre Romanès, c'est le plus "tsigane" des Bougliones. Acrobate, équilibriste, dompteur, Alexandre Romanès descend de l'une des plus grandes familles européennes du cirque, la célèbre famille Bouglione dont l'arrière grand-père, Alexandre Bouglione a fait la fortune familiale. En 1926, Alexandre lance des spectacles inspirés des shows de cow-boys et du célèbre Buffalo Bill, dont il rachète un vieux stock d'affiches pour faire la promotion des spectacles familiaux . Cette fortune amassée, qui va conduire les frères Bouglione à devenir propriétaires du cirque d'hiver de Paris, les éloigne aussi de leurs origines nomades. Selon la légende, au début du 19ème siècle, leur aïeul Scipion Bouglione, drapier fortuné de Turin, aurait quitté son Italie natale pour suivre une jolie gitane dompteuse d'ours. C'est de cette tradition itinérante que se réclame Alexandre Romanès, quand à 25 ans, il abandonne les siens, en révolte contre les formes modernes du cirque devenu au fil du temps, et des fortunes amassées, une véritable entreprise. Il survit de petits boulots pendant plus d'une dizaine d'années, joueur de Luth, rempailleur de chaises, avant de rencontrer sa femme Délia, une gitane hongroise à la voix envoûtante, qui évolue à Nanterre dans une troupe tsigane. Ensemble, ils créent le cirque tsigane et renouent avec la tradition d'un spectacle intimiste et familial, où les poètes remplacent avantageusement les clowns. Chez les Romanès, pas de ménagerie et d'animaux en cage, l'unique fauve est un chat angora. Les numéros sont accompagnés de musique des balkans et porté par la voix de Délia Romanès. Quant au spectacle, il se finit toujours autour d'un verre de l'amitié offert aux spectateurs au milieu de la piste par le maître des lieux. Ami de poètes, tel que Jean Genet, Alexandre Romanès est également l'auteur de nombreux poèmes regroupés dans un recueil "Paroles perdues" publié chez Gallimard en 2004.