Angoulême : Lucky Luke, le cowboy de Morris dégaine ses 70 bougies

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/01/2016 à 19H02, publié le 28/01/2016 à 17H11
Un cow boy solitaire de 70 ans (et qui ne les fait pas !) 

Un cow boy solitaire de 70 ans (et qui ne les fait pas !) 

© Lucky Comics

Pour sa 43e édition qui débute ce 28 janvier, le Festival d’Angoulême rend hommage à Lucky Luke avec une grande rétrospective consacrée au plus célèbre cowboy de la BD. Plus d’une centaine de planches originales permettent de retrouver le talent et l'art de Morris, le dessinateur belge qui créa le personnage en 1946 avant d’être rejoint au scénario par René Goscinny.

Après Mickey, Tintin et Astérix, c’est donc au tour de "L’homme qui tire plus vite que son ombre" d’être célébré au Festival d ‘Angoulême (28 au 31 janvier). Mais plus encore que Lucky Luke, c’est son créateur, le belge Maurice de Bevere, dit "Morris" auquel le monde du 9e art rend hommage avec une grande rétrospective intitulée "L’art de Morris". Pour les spécialistes, le dessinateur a inventé  "une narration de l'action" et possédait un sens unique de la mise en scène.
René Goscinny et Morris (debout)

René Goscinny et Morris (debout)

© Lucky Comics
Encreur dans un studio d’animation, le belge crée le personnage de cowboy solitaire au grand cœur en décembre 1946. La première aventure de Lucky Luke, "Arizona 1880", est publiée dans L'Almanach Spirou d’abord sous la forme de courts récits puis les aventures s’étoffent : le succès est au rendez-vous et le personnage s’installe dans le Journal de Spirou. Jusqu’en 1955, Morris écrit lui-même les histoires. Mais parce qu’il souhaite se consacrer au dessin, à partir du 9e album, il fait appel au français René Goscinny à qui l’on doit notamment l’arrivée des redoutables frères Dalton.

Reportage : M-H. Bonnot / G. Michel / B. Gazet 
Après la mort de Goscinny en 1977, vingt auteurs se succèdent pour écrire les aventures de Lucky Luke parmi lesquels Jean Léturgie, Greg (le papa d’Achille Talon), Guy Vidal et plus récemment Tonino Benacquista et Daniel Pennac. Côté dessin, c’est Achdé qui a pris la suite de Morris, décédé en 2001.

Lucky Luke en BD, les albums hommage 

En cette année de 70e anniversaire, plusieurs albums "hommage" sont en préparation. L'un est signé Matthieu Bonhomme. Le dessinateur, qui a  remporté à Angoulême en 2003 le Prix du premier album pour "L’Age de raison", a été bercé par Lucky Luke dès son enfance. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir imaginé une histoire où Lucky Luke se fait tuer ! Sortie de "L'Homme qui tua Lucky Luke" prévue en avril 2016 chez Lucky Comics.
Lucky Luke par Matthieu Bonhomme

Lucky Luke par Matthieu Bonhomme

© Mathieu Bonhomme / Lucky Comics
En juin, un autre album sera signé Guillaume Bouzard, créateur de Plageman, un "anti-héros à la dérive". Avec cet auteur, L’humour devrait être largement au rendez-vous (voir le blog de Francis Forget). Et pour terminer, en fin d'année, un nouvel album de la série "classique" des Lucky Luke devrait sortir avec Achdé au dessin et Jul, petit nouveau au scénario. Le créateur de "Silex and the city" succède à Laurent Gerra et Daniel Pennac.
Jul, nouveau scénariste des aventures de Lucky Luke

Jul, nouveau scénariste des aventures de Lucky Luke

© GEORGES GOBET / AFP
A noter aussi la sortie chez Dargaud d’un beau livre, intitulé (comme l’expo d’Angoulême) "L'art de Morris", avec des planches originales et inédites crayonnées de la main de Morris et des analyses sur l'approche originale du dessinateur belge.

Le cow-boy enfin célébré dans ca capitale du 9e art

La rétrospective proposée à Angoulême au Musée de la bande dessinée jusqu'au 18 septembre vient donc compléter ces sorties en librairie. Près de 150 planches originales sont présentées, des pièces rares dont certaines sont exposées pour la première fois. Elles sont quasiment toutes issues de la collection de la famille de Morris et sont conservées en temps normal dans le coffre d'une grande banque belge. La rétrospective expose aussi une  trentaine d'objets dont des jouets fabriqués par Morris lui-même.
affiche L'art de MOrris bis © DR
"L'Art de Morris" sous la direction de S. Beaujean, J-P. Mercier, G. Akyüzn, V. Lecointre
Editions Dargaud, 312 pages, 45 euros